Kenya : des élections crédibles grâce à l'utilisation de la biométrie

Déterminé à éviter les troubles qui ont suivi les élections précédentes, le gouvernement kenyan a en 2013 fait appel à Safran pour assurer un processus démocratique transparent. En un temps record, Safran a fourni 15 000 kits d'enregistrement biométrique et toute une gamme de services associés afin de créer un registre fiable et sécurisé. C'est ce qui a permis à 14,3 millions de kenyans d'être enregistrés en moins de 30 jours, favorisant ainsi le climat dans lequel se sont déroulées les élections et l'acceptation unanime des résultats de celles ci.
 

Assurer un registre d'électeurs fiable, sain et surtout reconnu par tous était LA priorité du gouvernement kenyan. D'où le choix de l'utilisation de la biométrie, comme garant de confiance. La Kenyan Independent Electoral and Boundaries Commission (IEBC), en partenariat avec le gouvernement canadien, a sélectionné Safran en raison de son expérience au Kenya et de sa capacité à respecter un calendrier extrêmement serré de 5 mois.

"Le contrat débutait en octobre et les listes électorales devaient être prêtes pour la certification avant fin février. Chaque seconde comptait donc pour remplir les trois volets de notre contrat : la fourniture des valises d'enregistrement biométrique, du système de collecte et de consolidation des données au niveau régional puis national, l'installation de l'AFIS et du module de génération des listes électorales, et enfin les prestations de mise en oeuvre, de maintenance et d'accompagnement.", rappelle Fabien Rouaud, chef de programme chez Morpho.

Nos équipes, au sein de nos centres de production utilisés pour l'opération ont travaillé sans relâche, pour atteindre une production journalière de 1200 kits d'enregistrement biométriques ou « Biometric Voter Registration » (BVR) kits, qui a permis d'en livrer plus de 15 000 en moins de 5 semaines - bien avant la date prévue par le contrat.

 

Le site central, équipé d'un système automatisé de comparaison de données biométriques de dernière génération, d'une capacité de 20 millions d'enregistrement, a été établi à Nairobi. Sur site, Safran a formé près de 2 000 instructeurs, qui ont eux mêmes formé 30 000 opérateurs de kits, chargés d'enregistrer les 14,3 millions d'électeurs.

Le 19 novembre, l'enregistrement des électeurs a démarré simultanément dans les 20 000 stations d'enregistrement déployées à travers le pays, et ce pour une période de 30 jours. 14,3 millions de kenyans ont ainsi été enregistrés, un exploit salué par tous. Les centaines de milliers de données ont ensuite été acheminées jusqu'au site central de Nairobi, où elles ont été vérifiées et "dédupliquées" avant d'établir le registre d'électeurs définitif. L'utilisation de ces kits, et au travers d'eux, de la biométrie, a permis un processus électoral assaini, incorporant les données biométriques de 4 millions nouveaux électeurs et celles de 2 millions d'électeurs infirmes. 

La technologie d'enregistrement biométrique de Safran a ainsi permis, dans des délais extrêmement courts, de renforcer le processus électoral au Kenya, et, in fine, de légitimer les élections démocratiques de 2014 auprès des Kenyans, de l'opinion publique et de la communauté internationale. En 2016, l'IEBC a renouvelé sa confiance en Safran Identity and Security pour la maintenance du système biométrique, qui pourra contenir 20 millions d'enregistrements d'électeurs d'ici 2020.

15 000
kits
d'enregistrement biométrique livrés
14,3
millions
de kenyans enregistrés en 30 jours