Quand l’avenir se passe de contact !

Qu'est-ce que la technologie NFC et quelles en sont les applications possibles ?
Cette technologie permet à un lecteur et à un équipement mobile pourvu d'une puce électronique ad hoc d'échanger des données par radiofréquence à une distance comprise entre 0 et 5 cm.

L'usage le plus répandu concerne les transports en commun. C'est le cas par exemple de la région parisienne, où près de cinq millions de personnes utilisent déjà cette technologie pour leurs déplacements. Les voyageurs peuvent ainsi déclencher l'ouverture d'un portillon d'accès sans même sortir leur carte de leur poche ou de leur sac. D'autres utilisations très variées sont déjà déployées à des échelles diverses : billetterie, bornes interactives, forfaits de remontées mécaniques, achats de produits vendus en distributeur, gestion de coupons de réduction, lecture d'informations sur les produits (prix, composition, allergie...), etc.

Mais la révolution NFC pour les années à venir se trouve dans les smartphones : les appareils de la prochaine génération renfermeront des puces NFC. Elles permettront non seulement à deux appareils d'échanger des cartes de visite ou de synchroniser des contacts, mais il sera également possible d'utiliser un téléphone mobile pour régler un achat dans un magasin, accéder à un bus ou à un train, entrer dans les locaux d'une entreprise. Avec la carte SIM NFC, l'encodage et le chiffrement embarqués permettront d'assurer le maximum de sécurité aux transactions.

Quelles sont les différences avec les autres formes de communication sans contact ?
Comme la technologie RFID[1], le NFC permet des échanges d'informations sur de très courtes distances (5 à 10 cm maximum). Principale différence : la technologie RFID concerne l'authentification automatique d'objets, grâce à des puces passives de petites dimensions qui stockent des données, alors que le NFC peut être utilisé soit pour lire des étiquettes RFID, soit en mode lecteur, pour effectuer des paiements ou valider un titre de transport.

A l'inverse du Bluetooth, le NFC permet d'établir une connexion de façon très rapide avec un périphérique compatible, même si le débit est alors plus faible. Par ailleurs, la courte distance de transmission de l'information permet d'éviter que d'autres terminaux situés à proximité soient affectés par le système, comme cela pourrait être le cas avec le Bluetooth, ou le Wifi dont la portée peut atteindre jusqu'à 100 mètres et nécessite une forte puissance.

Pourquoi le NFC représente-t-il des enjeux importants pour Morpho ?
Parce que cette technologie est particulièrement adaptée à la valeur ajoutée que les solutions Morpho apportent aux clients autour de l'identification et des échanges de données sécurisés. Dès la genèse du NFC, qui remonte à un peu plus d'une dizaine d'années, Morpho a participé activement à la mise en place du standard ISO associé, et nous avons des spécialistes qui travaillent sur le sujet depuis de nombreuses années.

Grâce à notre maitrise du NFC, nous développons une carte SIM sécurisée dédiée à cette technologie. Sans compter qu'à terme, on peut imaginer d'utiliser le NFC pour gérer des données d'identité de façon virtuelle et sécurisée : un téléphone mobile associé à cette carte SIM NFC pourront ainsi faire office de carte d'identité ou de passeport.


Voir l'interview de Cyril Caillaud durant le Mobile World Congress 2012

[1] radio frequency identification. Ce système utilise des champs électromagnétiques pour transférer des informations entre une puce placé sur un objet et un lecteur associé.

Déjà couramment utilisée pour des badges d'accès et pour les cartes de transport, la technologie « sans contact » NFC (Near Field Communication - communication en champ proche), va voir son champ d'applications considérablement élargi dans les années qui viennent. Une situation que décrypte Cyril Caillaud, chef de produit NFC chez Morpho.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer